In France, VOYAGE

Situé à cheval entre la Normandie et le Centre-Val de Loire, le Perche, et plus particulièrement le Parc naturel Régional du Perche, est une région authentique et bourrée de charme.
Venir dans le Perche, c’est plonger dans un autre monde, une autre ambiance, se mettre au vert le temps d’un week-end campagne & cosy. Une destination idéale pour déconnecter et se ressourcer qui reste une terre riche de découvertes et d’activités, le tout à moins de 2h de Paris, Rouen ou Caen.
Ça vous tente ? On vous emmène donc avec nous, sur les petites routes de l’Orne et de l’Eure-et-Loir, le temps d’une escapade en territoire percheron.

 

Le Perche : une destination confidentielle et charmante à la campagne

Plébiscité par les nobles et la royauté à l’époque, le Perche est relativement peu connu de nos jours. Ce coin de pays pourrait sembler assoupi tant il y fait bon flâner à son rythme et prendre le temps de vivre tout simplement. Mais ceci est trompeur ! Ce territoire est en effet dynamique et recèle bien des trésors :

  • Un patrimoine naturel avec des paysages superbes, entre forêts, bocages normands, prairies où serpentent les rivières,
  • Un patrimoine bâti magnifique avec des villages tous mignons aux maisons de pierre et de beaux bâtiments
  • Une identité culturelle forte dont les habitants sont fiers
  • Un terroir et un patrimoine culinaire riches

On dit souvent que « les cordonniers sont les plus mal chaussés » et je dois avouer que, nous normands, ne connaissions pas du tout le Parc Naturel Régional du Perche. Cette affreuse lacune vient d’être comblée et nous sommes sous le charme.
Un vrai coup de cœur !

Toutes les informations pratiques sur notre escapade sont données en fin d’article

 

Le Perche, une destination rustique & chic : notre hôtel de charme – havre de paix pour le week-end

Il est 17h, ce vendredi soir, quand nous sautons dans notre voiture directement le Parc Naturel Régional du Perche et notamment le charmant village de Moutiers-Au-Perche. Nous découvrons alors notre hébergement pour le week-end, le coquet hôtel « Villa Fol Avril ».

Cette ancienne ferme, entièrement rénovée, respire la simplicité, le charme et soigne ses détails. Son style shabby chic ne m’a pas laissé insensible. Des tomettes au sol, de vieux meubles chinés et revisités, une ambiance tranquille et apaisante.

Notre chambre sous les toits est juste parfaite. Des murs blancs contrastant avec les poutres anciennes de la charpente, de beaux volumes, une décoration soignée et le confort sont au rendez-vous.

Les jardins ne sont pas en reste. Outre la très mignonne terrasse bordée de rosiers, différents espaces sont répartis autour de l’hôtel, avec des chaises longues cachées un peu partout, parfait pour se reposer et bouquiner dans cet écrin de verdure.
Même le chat sur son muret invite à la contemplation. On a l’impression d’être ailleurs, loin…
Durant les beaux jours (oui oui il y en a en Normandie !), l’agréable piscine et son bar d’été invite à la détente. Le temps file doucement, paisiblement…


Nous dinons le soir même dans le restaurant du Villa Fol Avril, d’une cuisine gourmande mêlant terroir et accents méditerranéens. (Nous reviendrons sur les produits de terroir et la gastronomie du Perche).
Cet hôtel est un refuge idéal pour les citadins en quête de charme et d’authenticité que nous sommes. Il pourrait à lui seul suffire à notre bonheur, le temps d’un week-end pour décompresser du stress de la ville, du quotidien et de sa routine. Un cadre magnifique à l’accueil irréprochable qui nous met dans de bonnes dispositions pour la suite car bien sûr, nous avons hâte de découvrir la région!

 

1ère journée entre jardins, forêt, tourbières et chevaux percherons : Le Perche, destination Nature

Le Parc Naturel Régional du Perche couvre un territoire aux paysages variés où le maître mot est ici préservation et développement durable. Et vous le savez, nous sommes fans de nature alors nous y sommes particulièrement sensibles. La forêt s’étend sur des kilomètres et des kilomètres mais vous croisez également des prairies, des vallons, des rivières, et ces fameux bocages normands qui sont pour moi l’image d’Epinal de la Normandie. Ces champs entourés de petites haies et ses collines aux herbes folles m’ont toujours transporté ailleurs. Le mot qui me vient tout naturellement pour décrire l’ambiance est : bucolique…

Trêves d’introduction, allons découvrir quelques petites pépites hors des sentiers battus…

 

Les Jardins de la Petite Rochelle

Dans le bourg de Rémalard, il faut pousser une ancienne et imposante porte de ferme pour accéder à ce petit écrin de verdure et entrer dans un autre monde.
Ces jardins, nationalement connus, sont le fruit de la passion acharnée d’Hélène d’Andlau qui va au fil des années transformer ces 2 vieilles maisons de campagne héritées en un havre dédié à la botanique.

Ces jardins à l’anglaise sont d’une poésie incroyable. La Nature semble s’être appropriée les lieux où milles essences se mélangent dans un joyeux « faux » désordre naturel (oui le jardin à l’anglaise demande en réalité un travail de titan).
Nous visitons les lieux sous le déluge, ce qui hélas ne rends pas justice à ce refuge fleuri. Néanmoins, guidés par la passionnée et savante Laurence de Bonneval, fille de la propriétaire, nous avons arpenté les différents jardins, aux ambiances toutes différentes.

Étant plutôt une néophyte de la botanique (contrairement à ma mère qui se serait pâmée dans ces lieux), je ne pourrais vous décrire toutes les essences aux noms alambiqués qui y règnent. Néanmoins, j’ai tout de suite ressenti l’atmosphère paisible et atypique des lieux.
Qu’il est bon de se perdre dans ce décor enchanteur, autour des bassins aux nénuphars, au milieu des magnifiques rosiers qui investissent maison et pommier.
La notion de temps se perd vite et la pluie accentuait d’ailleurs le petit côté mystérieux des lieux…

 

La forêt humide des Mousseuses

Après une pause déjeuner toujours orientée vers les produits du terroir, nous prenons la direction de La Ferté-Vidame et de sa magnifique forêt. Le Perche est couvert de forêt mais cette fois-ci, nous allons faire connaissance avec une petite perle. Nous rejoignons Jean-Pierre Pauly, notre guide du jour et véritable puit de connaissance. Un passionné-passionnant, médiateur des patrimoines du Parc Naturel Régional du Perche, qui anime de nombreux ateliers…

A ses côtés, nous découvrons tout d’abord une forêt de hêtres et de chênes, essences typiques de la région. Nous entrons ensuite dans une zone plus insolite de la forêt, le marais ou tourbière (grâce à Jean-Pierre j’ai compris la différence entre ces deux termes mais on ne va pas rentrer dans des détails techniques ici ? ).

Les chênes et hêtres laissent la place aux bouleaux et saules… L’environnement est bien plus humide et la terre se fait boueuse à souhait (en bonne normande, j’adore patauger dans la boue ? ). Nous grimpons alors sur un dédale de pontons qui vont nous permettre de traverser le marais, cet environnement à la réputation peu reluisante et qui fut longtemps maudit mais dont l’utilité est désormais démontrée dans la préservation des sols et écosystèmes.

Nous sommes une fois de plus transportés ailleurs. Les lieux ont ce petit quelque chose de magique, le contraste entre l’eau si noire et le vert éclatant des sphaignes, cette mousse d’eau qui est reine en ces lieux, est saisissant.
L’ambiance à part des lieux nous emporte, avec ce petit côté mystérieux des contes et légendes (je ne serais qu’à moitié étonnée de voir un lutin se cachant derrière un arbre). Le calme est omniprésent, seuls les chants d’oiseaux nous entourent.

Après un bon moment à découvrir ces lieux et leurs secrets, nous achevons cette jolie promenade aux abords du château et de ses bassins, un lieu qui me semble parfait pour un petit pique-nique campagnard.

 

Rendez-vous avec des chevaux percherons

Ils sont l’emblème du Parc Naturel Régional du Perche. Ces chevaux, utilisés longtemps pour l’agriculture et le transport, ont une allure qui leur est propre : massifs, hauts de garrot, crinière furieuse et un caractère calme voir placide.

Les chevaux percherons étaient très présents dans nos villes à l’époque, comme par exemple à Paris pour tirer les omnibus, et faisait du Perche une région mondialement connu, notamment aux États-Unis où ils furent introduits en nombre.
Néanmoins, ils ont failli disparaitre, du fait de la mécanisation des pratiques agricoles et des transports. Ils ont été réintroduits dans la région, tout d’abord pour leur viande puis désormais pour des activités :

  • De loisirs telles que les promenades en calèche (d’ailleurs c’est au programme de demain !)
  • Équestres avec de nombreux centres d’équitation
  • Agricoles telles que le débardage dans les forêts, le maraîchage ou l’entretien des rivières (et oui parfois on revient aux techniques anciennes qui ont fait leur preuve…et je ne sais pas pour vous mais limiter de tout un pan de foret pour sortir le bois et de défoncer le sol avec des ornières géantes de tracteurs me semblent une très bonne idée !).

Le cheval percheron doit aussi son salut aux passionnés qui prennent soin d’eux. C’est le cas de  Ghislaine Milon, des Ecuries des Landes à Senonches. Ce couple d’amoureux du percheron en élève une dizaine dans leur ferme, les bichonnent et nous ont fait le plaisir de nous conter leur amour des chevaux.

Je dois avouer que je ne suis pas une grande supportrice des chevaux, contrairement au Chéri qui est un cavalier émérite. J’ai pourtant toujours vécu entourée de ces drôles de bêtes, j’ai même essayé de monter dessus mais…j’en ai peur ! Vraiment peur ! Néanmoins, je ne sais pas si c’est leur jolie robe, leur calme légendaire où leurs yeux qui me faisaient du charme mais j’ai craqué pour les chevaux percherons … (bon pas jusqu’à leur faire un câlin non plus hein !)

 

 

2ème journée entre bien être, patrimoine culturel et culinaire : Le Perche, une destination plurielle

Moment cocooning au Spa Pom & le charmant hameau de Villeray

Ok je suis fan de nature, de randonnée et de treck mais j’aime aussi les beaux lieux, les bonnes tables et prendre soin de moi. Alors quand une destination mixe nature préservée et instant cocooning, je signe !

Et le cadre du château de Villeray n’en est que plus tentant ! Le lieu est superbe et c’est avec délectation que je pousse les portes du centre de soins. Je suis prise en charge très rapidement et conduite dans une salle à l’ambiance épurée et relaxante pour profiter d’un superbe massage signature à l’huile de Monoï de 45 min (oui ok j’aurais pu choisir le parfum pomme mais vous avez déjà résisté au monoï et à ses connotations d’île déserte et plage de sable fin ?).
J’en ressors profondément détendue et je découvre alors les lieux, pleins de charme, à la décoration soignée et cosy. Une petite pause dans la piscine finira de me ravir.

En repartant j’en profite pour admirer le charmant hameau de Villeray avec ses maisons aux couleurs pastels, sa rivière, son moulin… Une ambiance toute bucolique qui séduit apparemment beaucoup les parisiens, nombreux à venir s’y mettre au vert les week-end.

 

 

Promenade dans la campagne à bord d’un attelage percheron

Alors que je me détends au SPA, Chéri en profite pour faire une promenade en attelage. Il rencontre Céline Maudet de la Ferme de l’Absoudière, guide en écotourisme et autre passionnée de chevaux percherons qui l’emmène sur les sentiers forestiers de Réno-Valdieu, entre les champs et au rythme d’antan. Une jolie expérience…

Nous nous retrouvons au village de Chapelle Montligeon en un jour de brocante. Nous n’aurons pas l’occasion de chiner car nous sommes attendus au restaurant gastronomique du village pour un menu typique du patrimoine culinaire du Perche.

 

La Basilique Notre-Dame de Montligeon par les toits

C’est au cœur d’un village de 600 habitants seulement que se dresse cette imposant et magnifique Sanctuaire. Edifié par l’abbé Buguet, un religieux & entrepreneur, l’édifice fut consacré en 1928. L’abbé, soucieux de trouver du travail à ses paroissiens créa également une imprimerie (qui demeura jusqu’en 1988 et embauchait alors 200 personnes). Les locaux accueillent désormais les « Ateliers Buguet » regroupant des artisans et entrepreneurs dans un esprit mutualiste et solidaire.

La basilique est dédiée à l’âme des défunts oubliées au purgatoire, thématique que l’on peut rencontrer dès la fresque murale au-dessus de la porte ou encore dans la statue du cœur.
Lumineuse et décorée de mosaïques au sol, nous avons découvert la basilique sous un angle bien insolite, celui des hauteurs. En effet, nous avons grimpé les étages de l’édifice afin de l’apercevoir dans son ensemble sous la houlette de notre guide Damien Deleersnijder.

D’ailleurs Chéri s’est même aventuré tout en haut et a pu saisir des vues sublimes sur le village et les bâtiments en contrebas.

 

Rencontre avec Grégoire de la Maison Ferré et voyage au pays du cidre

Nous rejoignons ensuite le bourg de Comblot pour aller à la rencontre de Grégoire, dans son exploitation agricole familiale. Sur les 30 Ha de vergers, 5Ha servent à la production de cidres, d’eaux de vie, de poiré, de jus de pomme ou de pétillant de pomme. Après la visite des vergers, des « caves » avec futs et alambic, nous passons à une petite dégustation des produits de la maison.

Fier de son métier, de son terroir et de sa région, Grégoire nous raconte avec passion sa vision du cidre, boisson de référence dans notre Normandie. Tout bon normand la consommait en toute occasion. D’ailleurs, beaucoup de familles produisaient leur propre cidre, ce qui était d’ailleurs le cas chez moi. Que de souvenirs d’enfance le cidre ! Cueillir les pommes, suivre le processus de fermentation et surtout…la mise en bouteille dans la cave familiale par temps froid ! Je dois avouer que je ne raffolais pas trop de cette « corvée » mais c’est au final de superbes souvenirs en famille.

Au fil du temps, le cidre fut un peu délaissé pour le vin. De quantitatif, il se veut désormais qualitatif, telle est la démarche de Grégoire. Ainsi plusieurs producteurs locaux dans le Perche mais aussi en Normandie, lui redonne ses lettres de noblesse et composent des produits fins qui sont d’ailleurs en attente d’une labellisation AOP.

 

Le Perche, destination gastronomie et terroir

Comme vous avez surement pu le comprendre au fil de cet article, le terroir et le patrimoine culinaire sont très présents dans le Perche. Nous avons eu l’occasion de déguster de nombreux produits & mets mais nous n’avons pas la place, dans ce déjà très long article, de vous conter cette partie de l’aventure. Nous allons donc vous reparler de la gastronomie de la région plus en détail très bientôt dans un article consacré aux bonnes tables et adresses que nous avons pu tester dans le Perche.

Comme je vous le disais en préambule, le Perche recèle de produits de terroir. Vous pouvez les découvrir, les déguster ou les acheter dans de nombreux endroits du coin, dans une optique de vente directe ou circuit court. L’un de nos produits coup de cœur reste la baguette du Perche (blé cultivé dans le Perche et farine moulue à la Madeleine-Bouvet) qui possède la marque Parc.

 

 

Pour aller plus loin dans la découverte du Perche

Le Perche – ce qui nous reste à découvrir

Même si nous avons pu avoir un aperçu de la richesse de ce territoire, un week-end ne suffit pas à faire le tour du Parc Naturel du Perche. Selon la saison, votre timing et vos envies, d’autres activités nous semblent très sympathiques.
Voici quelques exemples de ce qui nous tenterait pour une prochaine venue :

  • Randonner : le Perche est une terre de randonnée! Certes ce n’est pas la montagne (mais ne vous y fiez pas, ça monte et descend tout de même entre les collines et monts !) mais vous aurez l’embarras du choix de circuits de randonnées et de paysages.
  • Profiter de la forêt : elle recouvre une grande partir du territoire et s’y promener est toujours un peu moment de bonheur. Et qui dit foret, dit cueillette de champignons !!!!
  • Se balader en canoé pour découvrir au fil de l’eau les paysages bucoliques et champêtres
  • Flâner dans les villages de charme du coin : nous avons pu en découvrir quelques-uns mais d’autres semblent également très mignons :Bellême, Mortagne au Perche, Villeray, Frazé, La Perrière, Longny au Perche et Thiron Gardais.
  • Chiner dans les nombreuses brocantes de la région
  • Parcourir les routes touristiques pour découvrir le Perche autrement

 

Le Parc Naturel Régional du Perche : des hôtes impliqués dans la valorisation du territoire

Crée en 1998, le Parc Naturel Régional du Perche a pour mission la valorisation du territoire et de ses atouts, tels que son savoir-faire, son terroir et ses patrimoines mais aussi et surtout sa préservation. Il n’est pas question ici de mettre la région sous cloche, bien au contraire. La démarche s’ancre dans la notion de développement durable, à la fois économiquement et culturellement pour répondre aux besoins de ses habitants.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur le territoire mais aussi sur les multiples missions du Parc, je vous invite à vous rendre en début de séjour à la Maison du Parc. Vous trouverez non seulement pléthore d’informations sur le Parc Naturel mais aussi un accueil touristique, le tout dans le décor d’un parc arboré, avec un vieux manoir, un plan d’eau et un resto pour se pauser tranquillement.

 

Pour conclure ce loooong récit de notre escapade, vous l’aurez compris, on a craqué pour le Perche ! Ce territoire peine peut être à trouver sa place entre deux régions très attractives, avec d’un côté la Normandie et ses nombreux spots (plages du débarquement, littoral escarpé, Mont Saint Michel et on ne peut tous les compter !) et le Centre-Loire et ses châteaux.

Mais les initiés le savent bien, le Perche est une petite pépite confidentielle où il fait bon flâner et vivre.

A la fois loin de tout pour une immersion dépaysante et ressourçante (pour les amateurs de digital detox, vous serez ravis d’apprendre que vous trouverez votre bonheur ici !), et proche de nos villes, le Perche a plus d’un atout pour vous séduire et pour vous inspirer. Une évasion tout près et lointaine !

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Le Perche

Pour en savoir davantage sur le Perche et son Parc Naturel régional et prévoir votre escapade, retrouvez toutes les infos sur le site du Parc Naturel Régional du Perche

 

C’est avec plaisir que nous avons répondu à l’invitation du Parc pour découvrir le Perche en toute liberté. Les membres de l’équipes, des passionnés de leur métier et de leur région, nous ont accueillis avec gentillesse et ont été une vraie mine d’informations et d’anecdotes le temps d’un week-end hors des sentiers battus ! Comme d’habitude, nos articles et retours d’expérience sont purement authentiques. Tous les choix éditoriaux issus de notre séjour nous reviennent.

 

Pour obtenir d’autres informations touristiques:
http://www.ornetourisme.com
http://www.tourisme28.com/
http://www.normandie-tourisme.fr/

Où loger?

NOTRE COUP DE COEUR:

L’hôtel & restaurant Villa Fol Avril
2 Rue des Fers Chauds, 61110 Moutiers-au-Perche
02.33.83.22.67 | http://www.villafolavril.fr | Chambres & suites de 80 à 180€/nuit

Les infos activités testées dans le Perche

  • LES JARDINS DE LA PETITE ROCHELLE
    22 Rue du Prieuré, 61110 Rémalard. 02 33 73 85 38 | http://www.la-petite-rochelle.com
    de 14h à 18h selon les dates. Visite libre: 6€ | Visite guidée groupe: 8€
  • LA FORET DES MOUSSEUSES
    Direction L’Aigle Rond Montpensier. Extrémité des bassins de Mousseuse
    28340 La Ferté-Vidame | Lien vers site Parc
  • LES ÉCURIES DES LANDES
    28250 Senonches . 6 32 41 70 98 | http://www.ecuriesdeslandes.fr/
    D’Avril à Octobre. Visite élevage et promenade en attelage
  • LE SPA POM
    Domaine de Villeray, 61110 Condeau
    02 33 83 11 01 | http://www.spapom.com/
    Massage signature 1h: 89€
  • PROMENADE EN ATTELAGE AVEC CELINE
    Ferme de L’absoudière, 61400 Corbon
    02 33 83 91 40 | Promenade en attelage: à partir de 8€
  • BASILIQUE DE CHAPELLE-MONTLIGEON
    02 33 85 17 00 | Visite
  • LA MAISON FERRE
    61400 Comblot | 02 33 25 29 50

Recommended Posts
Showing 7 comments
  • Les Food Amour
    Répondre

    Un très bel article, oui dans le Perche il fait bon vivre. Je vous recommande aussi une petite ballade à Thiron Gardais ou vous pourrait visiter l’abbaye et son jardin et découvrir une magnifique exposition sur Bernard de Thiron et pour finir vous restaurer à l’auberge de l’abbaye. Ah non!!!! J’,oubliais vous pourrez aussi visiter le Musée du collège militaire de Stéphanie Bern

    • Dorothée
      Répondre

      Merci beaucoup pour ce petit mot et pour cette suggestion de promenade à Thiron Gardais! Je note précieusement pour une future escapade en pays percheron!

  • Mathilde
    Répondre

    Bizarrement j’ai hâte de découvrir la suite sur la gastronomie.
    Le Perche me tente depuis un moment et tu me donnes encore plus envie d’y aller. Aura t-on le temps de tout voir au long de notre vie ?

    • Dorothée
      Répondre

      Coucou Mathilde ! Tiens tiens, toi impatiente de découvrir la gastronomie ??? Bizarre en effet 😉
      Je ne peux que te conseiller de venir faire un tour dans le Perche pour un petit week-end (je connais ton agenda serré !). L’ambiance est très sympa, les paysages magnifiques et c’est parfait pour déconnecter et se ressourcer.
      De notre côté, on est bien tenté par une petite escapade cette été vers le Cotentin pour qq jours, l’occasion peut être de se revoir!

  • Stephane
    Répondre

    belle découvert en tout cas !!

  • BEAUTE Gérard
    Répondre

    Lorsque vous reviendrez dans le Perche (car on revient toujours) venez visiter le Pays Bellêmois et ses villages de caractères : Belleme 6éme au classement 2017 des “Villages préférés des Français”, puis La Perriére. Vous prendrez le temps de rencontrer nos percherons… en attendant consulter notre Blog http://bellemeattelages.blogspot.fr

  • SYLVIA MEREL
    Répondre

    Bravo pour votre article !
    Pour connaître d’autres adresses du Perche, n’hésitez pas à consulter mon blog http://unweekenddansleperche.fr/ et le carnet d’adresses http://e-magperche.com/
    Le blog, qui est dans sa 5ème année d’existence, est totalement consacré au Perche et recèle une mine d’informations et de bonnes adresses.

Leave a Comment